IMG_2308 IMG_2309 IMG_2312 IMG_2314

Ah les vacances d’été!

Heureux français de bénéficier de congés payés grâce au front populaire depuis 1936, et même de 5 semaines depuis 1982

aaah ça fait rêver…

je dois même vous avouer une chose inavouable, bénie fonctionnaire que je suis avec le jeu des RTT c’est même à 10 semaines que je peux prétendre

(Non mais oh je vous entends d’ici, c’est archi largement mérité, tellement la tâche est rude, mais si mais si)

Donc, en juillet et Août milliers de Français assiègent les plages du SUD en tongs, équipés de la bouée sous le bras droit, du parasol sous le bras gauche, de la glacière, des raquettes, des ballons, des pelles, des seaux, des arrosoirs, des foutas (parce que maintenant c’est la mode), des bateaux pneumatiques, du bodyboard (oh yé),  etc, etc, etc,  je te laisse imaginer et souligne au passage qu’il y a même des campings qui louent des petites carrioles pour transporter tout ça !

aaaaaahhhh ça fait rêver …

et n’oublions pas le maillot difficilement choisi les jours qui précèdent le grand départ après quatre mois de régime drastique (enfin 2 semaines faut pas exagérer)

on rentrera quand même le ventre sur la plage, ça vaudra mieux

Bref,

les vacances elles se rêvent à l’avance ET se préparent à l’avance

souvent des mois, et des moiiiiiiiiisssss à l’avance,

oui parce que lorsqu’on rentre de vacances on aime bien préparer les vacances suivantes, ça remonte le moral véridique. Ainsi bon nombre de français préparent fin Août leurs vacances au ski et fin février leurs vacances d’été ( si si c’est statistiquement prouvé, enfin pour les plus chanceux)

donc comme je suis une française moyenne somme toute banale, c’est en mars que je me suis attelée à préparer de merveilleuses vacances d’été

Ah si,  à noter quand même  un détail qui aura ensuite son importance, une petite chose encombrante me différencie du français moyen de la trentaine (et me rapproche plutôt du français moyen de la soixantaine ) c’est que depuis 18 mois mari chéri et moi avons décidé (pour des raisons non moins inavouables si ce n’est que nous sommes curieux de découvrir ) que dorénavant nos vacances seraient nomades accompagnées de notre maison roulante

façon road trip quoi pour la faire moins croulante, nous avons acheté un camping-car

ainsi c’est dès le mois de mars, destination choisie que je m’attelais à nous concocter un parcours qui déchire en Italie du Nord

et tu sais comment je les prépare les vacances moi :

je compare des heures et des heures durant les campings de ma destination : vue satellite sur Google, avis des consommateurs, rien ne m’échappe (ou presque) et je fais même quelques tableaux excel pour définir mes propres priorités, j’envoie ensuite des dizaines de mails et au final de toute façon je n’avais guère plus vraiment le choix car peu de campings acceptent des réservations de moins d’une semaine mais j’avais tout de même trouvé 2 perles rares…

et puis pour le reste du voyage  : guides , forum de voyageurs et blogs de camping-caristes,

bref, ça me prend un certain temps, tu vois la maniaque du voyage organisée, mais j’y trouve au bout un itinéraire ma foi plutôt étudié qui me rassure même si au final de toute façon on improvise

Nous avions donc notre itinéraire :

  • quelques jours sur la route du tour (obligation familiale incontournable) jusquà Berne et puis  Dolce vita sur les routes Italiennes
  • le lac majeur
  • puis 4 jours de pause sur les bords du lac de garde, camping réservé
  •        puis Bologne, Florence, sienne
  • puis pause en toscane un camping réservé également pour 4 jours
  • puis Pise
  • les Cinque terre
  • et advienne que pourra l’aventure jusqu’au retour 25 jours après le départ

 

  • Nous avions même les enfants et moi entrepris d’apprendre l’italien avec un CD en boucle dans la voiture les dernières semaines (bon Ok une année de plus à réviser ne nous fera pas de mal)

Quelques jours avant, je m’étais réveillée en pleine nuit en me disant « et si on tombe en panne en camping-car on fait comment ?  » surprise même de n’avoir jamais pensé à cette éventualité pittoresque (mais si pittoresque) mais j’ai alors rapidement éludé  la question et m’étais rendormie sereine : mari chéri est mécano et mécano de gros engins de travaux publics, donc un petit camping-car ma foi ! et ben oui tu vois on craint rien (sauf que la mécanique a quelques subtilités que j’apprendrais plus tard à mes dépens…)

Donc rendormi aussitôt, c’est le 13 juillet qu’avec enthousiasme je remplissais  les placards du camping-car pour partir le soir même,

je modère quand même l’enthousiasme parce qu’entre la varicelle de Zoé, le boulot que j’ai laissé en terminant certaines choses à la hâte (et comme le boulot c’est compliqué ces temps-ci ce 13 juillet j’étais encore tiraillée entre le soulagement de partir en vacances et la culpabilité d’un travail pas parfait et oui c’est plus fort que moi)

Bref le camping-car chargé à bloc, nous sommes partis …

Une première nuit sur une aire d’autoroute, ce n’est pas ce que l’on fait de mieux mais bon ce n’était qu’une étape .

C’est le 14 juillet lorsque nous avons quitté l’autoroute pour nous engouffrer sur les petites routes du Gard que j’ai regardé Chéri mari et lui ai dit amoureusement voilà enfin je me sens en vacances, c’est cool

Nous avons surfé sur cet enthousiasme tout beau tout neuf pour nous arrêter chez Haribo (c’est beau la vie!) et sommes repartis un peu plus lourds de quelques kilos de bonbons, (ça doit être ça en fait qui a fait craquer le camping-car)

Nous avons à peine quitté la ville que nous avons sentis quelques soubresauts, c’est alors que  j’ai regardé chéri mari pour qu’il me rassure et que j’ai constaté avec quelque inquiétude  que la couleur de son teint n’était disons pas vraiment naturelle, du blanc, au vert, au bleu, au rouge vif, au livide crachant des noms d’oiseaux pas jolis jolis pour finir par dire c’est foutu, c’est foutu, c’est foutu

Je lui ai dit naïvement mais arrêtes-toi et redémarre ça ira m…. que le moteur s’est emballé, qu’il a coupé le contact et nous a arrêté sur le bord d’une charmante route gardoise, sous les oliviers avec les cigales chantantes

Aaahh ça fait rêver ….

non en fait!

Je suis sûre que toi aussi souvent sur la route des vacances tu as ralenti un peu en apercevant sur le bas-côté une famille entière, ses tonnes de valises déchargées le capot ouvert en te disant « oh les pauvres, quelle tuile! » et savourant ta chance que ce ne soit pas toi

et bien là c’était nous!!!

Et comme 2 enfants ça ne suffit pas pour pousser un camping-car nous en avions prévu un troisième :  ma nièce, c’est donc trois paires d’yeux qui se sont ancrés dans les miens suppliant de leur dire d’un ton enjoué que tout irait bien, que nous redémarrerions bientôt pour rejoindre notre prochaine halte  : Vallon Pont d’arc  moins d’une heure de là (une heure tintin!)

Pendant que mari chéri vert,bleu, rouge, blanc, gris, enfin livide, hurlait sa rage sous le capot en continuant à radoter son « c’est foutu, c’est foutu, c’est foutu » …

  • « Mais bon sang quoi donc !!!??? »
  • « le moteur, les vacances tout ma pauvre, c’est foutu, c’est foutu, c’est foutu »
  • « Mais t’es pas mécano oui ou m… on te paye pour ça et même pour dire aux autres mécanos comment réparer alors ??? »

Sauf qu’un moteur foutu et bien il faut vérifier les compressions, démonter les injecteurs, les faire vérifier,  une histoire de culasse aussi … (j’arrête là parce que sinon je vais attirer les internautes à la recherche d’un blog mécanique, non en fait parce que j’ai rien compris), si ce n’est qu’un camping-car foutu et bien il faut un atelier et un certain nombre d’outils pour le réparer, et que à 700kms de chez nous et bien mari chéri  – chéri mari bien que mécano il n’a pas ça et qu’un camping-car qui démarre plus c’est pas facile facile à déplacer (même avec 3 enfants pour pousser)

« tout va bien les enfants, si si si si  je vous assure mes petits cœurs d’amour chéris, TOUT VA BIEN »

prendre la responsabilité de tomber en panne avec tes enfants à 700kms de chez toi c’est une chose, avec ta nièce s’en est une autre, bref, elle, elle a pleuré, devant les miens, eux stupéfaits, mais assurément certains que leur maman hypermégagéniale archi cool allait régler ce ridicule problème en moins de 2.

J’ai donc gardé mon calme, et ai appelé ma très chère (chère comme chérie bien sûr) assurance que je suis si ravie de payer chaque mois,

oui le remorquage est bien pris en charge

ensuite nous avons le choix, soit un transport vers notre lieu de vacances ( ce qui est compliqué lorsque les vacances sont nomades) soit un hébergement de 5 jours en attendant la réparation, soit un transport pour nous rapatrier à la maison ( et je dis bien SOIT évidemment)

Plus de camping-car = double problème = plus de moyen de locomotion mais plus de moyen d’hébergement non plus

une petite heure plus tard une grosse et impressionnante dépanneuse  est arrivée (après moultes explications hasardeuses pour indiquer où nous étions dans la campagne gardoise).

La dépanneuse, ceci dit finalement quand tu as un gamin de 7 ans, c’est aussi fabuleux qu’un parc d’attraction.

C’est trop génial maman, mouais trop génial mon fils.

Dans une dépanneuse, il y a donc de la place pour le camping-car et l’ensemble de ses passagers (5 en l’occurrence) qui prennent place sur une banquette dans la cabine.

 » Et vous nous amenez où au juste? »

 » Ben dans mon garage » (alors un petit conseil, si nous avions été lucide, nous aurions demandé un rapatriement chez un concessionnaire de la marque FORD nous concernant)

Nous avons pris le parti de nous accorder une nuit de réflexion, sur la décision à prendre quant aux choix que nous laissait l’assurance, en espérant aussi que demain le garagiste nous annoncerait que pas de souci en 5 jours c’est réparé (allez disons 8!), naïvement, très naïvement …

A la hâte, merci mon smartphone et Booking j’ai pu trouver un hôtel pour nous tous encore libre ce 14 juillet, et avons donc loué à ce charmant garagiste (du moins on l’a cru à ce moment-là, quand on se noie faut bien se raccrocher à une bouée, non et nous sommes d’un naturel à faire confiance, oui je sais c’est comme ça que nous avons déjà perdu une cuisine mais c’est une autre histoire) donc nous avons loué à ce charmant garagiste une toute petite voiture dans laquelle nous avons empilé quelques affaires à la hâte.

Le lendemain,  après avoir si peu dormi, nous être lamentés sur notre sort mais pas longtemps parce qu’il y a eu bien pire malheureusement encore ce jour-là, le lendemain donc, nous avons dû sentir l’entourloupe, et un peu plus méfiant, nous avons choisi d’assurer et de prendre l’option rapatriement ( si au bout de 8 jours le camping-car n’était pas réparé, nous nous serions retrouvés dans le Gard sans plus aucun moyen de transport pour rentrer chez nous, ni même pour circuler sur place et avec un hébergement à payer à notre charge)

C’est donc le petit c que nous avons actionné, déçus très déçus mais décidé à passer à autre chose, et un très mais vraiment très très gentil Monsieur de MAAF assistance a passé une bonne partie de la journée du 15 juillet à nous chercher une voiture de location pour rentrer, voiture qui soit assez grande pour nous mais aussi pour rapatrier les affaires entassées dans le camping-car et ce ne fut point facile,  après avoir appelé TOUTES les agences de Nimes, Avignon, Arles, Montpellier, Orange, Salon de Provence et je ne sais quoi encore, ce n’est qu’à APT (à 2heures de route de là et en sens opposé à notre retour) qu’il trouva enfin à 15h, la voiture.

Le temps pour nous de rejoindre le garage, de rassembler toutes nos affaires dans une multitude poches plastiques ( et oui quand tu pars en camping-car tu n’as pas de valises pour ranger) et de prier pour que tout rentre dans le taxi qui venez nous chercher PUIS dans la voiture de location

Je crois que le chauffeur de taxi a, au premier abord,  eu un peu peur de nous voir entasser peu à peu dans son coffre des dizaines de poches poubelle mais faut croire qu’il s’est pris au jeu, il nous a gentiment aidé,  à 16h30 nous prenions la route pour APT

Et ça aussi, Maman c’est trop génial le taxi !

Donc taxi, puis nous récupérons la voiture de location et prenions la route du retour de façon quelque peu anticipée, laissant sur place notre maison roulante pour je ne sais combien de temps…

J’ai pris le parti d’en rire mais franchement, nous n’étions pas particulièrement heure de faire ces 8 heures de route en partie de nuit pour rentrer dans notre home sweet home qui ne nous apparaissait pas sweet du tout,

C’est vrai quoi un camping-car ça s’utilise en moyenne 50 jours par an (et encore cette année il n’y a pas eu de ponts en mai et il n’a pas fait vraiment beau avril, mai , juin si bien que nous sommes très peu partis le weekend) Alors quand il est immobilisé durant 20 jours (sur les 50) et encore je ne sais combien à venir pile poil durant tes fameux congés payés (durement acquis) et bien c’est couillon couillon quand même,

Il nous attendra un an encore avant que nous puissions envisager un autre voyage de ce genre,

et puis chéri mari qui a commencé un nouveau job à l’automne avait sacrifié tous ces congés pour pouvoir prendre ces trois semaines … ce qui explique son « c’est foutu, c’est foutu, c’est foutu »

et enfin, cette année a été encore quelque peu difficile et éprouvante pour nous tous et nous rêvions, rêvons d’un moment apaisé pour oublier tout cela, loin, loin de notre quotidien et reprendre des forces …. en espérant qu’un jour la tempête se calme et que la vie re-devienne un long fleuve tranquille habité de sérénité et de joie de vivre permanente (dites-mois svp que c’est envisageable que c’est parfaitement comme ça chez vous et que ce n’est qu’une question de temps pour que le vent pousse les nuages et nous inonde d’un soleil radieux, hein dites-moi que vous baignez dans ce bonheur total)

Et les enfants, eux ont été géniaux comme toujours, ils n’ont rien dit, pas râlé, pas pleuré, ne se sont pas inquiétés, ils nous ont suivis confiants et patients, même excités et enthousiasmé par cette merveilleuse aventure que leurs archimégagéniaux parents leur permettait de vivre (nous avions entre temps refilé ma nièce à mes parents qui sont toujours là à la rescousse sur une route du Gard et n’avions plus que nos deux petits aventuriers à gérer, et ces deux là croyez-moi nous pouvons les emmener n’importe où, les yeux fermés, leur soleil quoi qu’il arrive ils le trouvent, merci mes poulets <<3). Même si Zoé a cru des jours durant « Mais c’est pas grave on ira après en Italie » et même si Arthur nous répète régulièrement « il me manque le camping-car »

Alors amis camping-caristes, si une nuit vous vous réveillez en vous demandant « mais au fait on fait comment quand on tombe en panne en camping-car? » et bien il n’est pas nécessaire de tester, je l’ai fait pour vous !!! Venez lire ces lignes vous saurez voilà, l’affaire est réglé, ne vous y aventurez pas, ou en tous cas assurez-vous d’voir une bonne assurance (merci encore la MAAF pour votre gentillesse, et votre professionnalisme)

Quoi qu’il en soit, tomber en panne en camping-car c’est pas cool parce-qu’il n’y a pas vraiment de solution si c’est la grosse grosse grosse panne foutu-foutu-foutu .

et la suite,

et nos vacances ? pas d’Italie, tant pis, Pise, Florence, Sienne, Turin, Milan, tant pis, le parcours savamment orchestré,  perdus les arrhes versés au camping (bien que le camping ARGENTARIO d’orbetello soit lui d’accord pour nous les rembourser), déçus nous sommes, apaisés et détendus pas vraiment non plus…

mais comme je ne me laisse pas abattre (ouf ce n’est qu’une panne et pas un accident il y a mort de moteur mais aucun blessé et ça c’est vraiment l’essentiel) et ces vacances ont les a bien méritées, vraiment, il y aura un plan B que je vous raconterai

et notre vieux potot le camping-car, et bien nous attendons, des nouvelles de notre ami plus trop ami du coup, qui se fout bien de nous, le rigolo garagiste des abords d’Uzès que je ne citerai mais que  …… depuis 18 jours après nous avoir dit c’est bon, c’est pas bon, c’est bon, c’est pas bon, non en fait rien ….

n’a toujours pas diagnostiqué la panne (que chéri mari a diagnostiqué mais comme ça énerve le garagiste-rigolo le chéri mari je sais tout …)

puis ensuite nous attendrons le verdict de notre assurance mécanique VIAXEL pour savoir si oui ou non la panne à presque 1 million d’euro (j’exagère si peu) est prise en charge ou si on l’a dans l’os, dans le baba, dans le… je ne sais comment qu’on fera …

Bref, on attend quoi … (et ça maintenant on sait drôlement bien faire)

to be continued.

#lesvacancescestlaventure

#lespoissardsenvacances

#lagalèredesvacances

#maislesvacancesquandmeme

 

Publicités